AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Formate:
HASH : 1c6311fb7628d41626dae90dcc1adb61
La langue: Anglais/Franc
Note moyenne : 4.11/51 (sur 96 notes)
Résumé :
a l’image de ses trois chats, radek, kamenev et zinoviev, victor blainville ne fait jamais ce qu’on attend de lui. le héros parisien des romans de jean- françois vilar n’est pas un enquêteur comme les autres. d’ailleurs, il déteste les enquêtes, les flics et les mauvais scénarios. aussi, quand

C'est toujours les autres qui meurent a été finaliste du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

Amazon Fnac Rakuten Leslibraires.fr Momox
Critiques, Analyses et Avis (4)
sarahauger
c’est autour de marcel duchamp que se noue l’intrigue de ce livre qui voit blainville, au gré d’une de ses pérégrinations dans les passages couverts de paris, se trouver face à la reconstitution macabre d’une œuvre de l’artiste (né à blainville-crevon…), étant donnés, représentant un corps de femme nue étendu sur un lit de brindilles et de feuilles mortes et tenant dans main gauche un bec auer. le photographe, bien vite, va s’apercevoir qu’il n’y a pas de hasard à cette rencontre et qu’elle a un lien avec le rendez-vous qu’il devait avoir avec un ancien compagnon de route. plus encore, qu’il était surveillé depuis des mois. nonchalant, mais curieux et amoureux de la mystérieuse rose qui semble tout connaître de lui, intrigué par le policier villon qui semble en savoir autant que rose à son propos, blainville se lance dans une enquête qui l’entraîne au cœur de l’œuvre de duchamp.
+ Lire la suite
sarahauger
cet étonnant roman tire donc le lecteur avec blainville dans une atmosphère qui mêle morbidité, érotisme trouble, humour et illusions politiques plus ou moins perdues. et, même, tout ne semble être qu’illusion, léger décalage avec la réalité, dans c’est toujours les autres qui meurent. de la scène d’ouverture où victor ne sait s’il se trouve face à un cadavre ou à un mannequin à l’une des dernières où il en viendra à se demander s’il a bien assisté à une exécution et à la fin du roman, violente et volontairement confuse, rien n’apparaît comme certain ou comme totalement réel. illusions d’optiques, illusions politiques qui prennent place dans ce mois de juin 1981 où la gauche arrive au pouvoir et où les révolutionnaires gauchistes ont fait leur temps ; s’il en est un qui peut s’y frotter, c’est bien le photographe qu’est blainville.
+ Lire la suite
sarahauger
on suit donc à l’aveuglette victor dans ce roman érudit qui voit se matérialiser le monde de duchamp au travers des noms (blainville, donc, rose, bien entendu, mais aussi villon le flic étonnamment proche de blainville qui porte le nom du frère de duchamp) et des lieux comme des reconstitutions des œuvres de l’artiste qui parsèment le livre de manière plus ou moins visible, en faisant à certains égard un intelligent roman à clef. en tirera-t-on une quelconque résolution ? une quelconque vérité ? sans doute pas et peu importe, comme le rappelle blainville lui-même qui se laisse porter par les événements et fait moins figure d’enquêteur que de témoin pas forcément fiable : « ce qu’elle dit est vrai. ou faux. je m’en fous un peu ».
+ Lire la suite
sarahauger
en poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies ou technologies similaires, y compris de partenaires tiers pour la diffusion de publicité ciblée et de contenus pertinents au regard de vos centres d'intérêts. en savoir plus.afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité. en savoir plus.
+ Lire la suite