AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Formate:
HASH : 906907ead4f9d6ddc908a7691bd89c04
La langue: Anglais/Franc
Note moyenne : 4.55/10 (sur 96 notes)
Résumé :
comment procédons-nous? nous utilisons des cookies ou des technologies similaires sur nos sites internet et nos applications. ceux-ci ont différentes fonctions. ils retiennent par exemple le nombre de visiteurs qui naviguent sur nos sites internet ainsi que les offres d’emploi ou les articles les plus consultés. les cookies nous permettent

J'ai un patron psychopathe a été finaliste du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

Amazon Fnac Rakuten Leslibraires.fr Momox
Critiques, Analyses et Avis (7)
sarahauger
comment procédons-nous? nous utilisons des cookies ou des technologies similaires sur nos sites internet et nos applications. ceux-ci ont différentes fonctions. ils retiennent par exemple le nombre de visiteurs qui naviguent sur nos sites internet ainsi que les offres d’emploi ou les articles les plus consultés. les cookies nous permettent aussi de retenir vos préférences. de cette manière, nous pouvons afficher des annonces personnalisées (plutôt qu'aléatoires) et vous proposer des offres d’emploi spécifiques. les cookies sont nécessaires pour pouvoir vous fournir ce service personnalisé. cliquez ici pour consulter l'intégralité des conditions de ce service ou nos infos cookies.
+ Lire la suite
sarahauger
c’est un orateur redoutable et persuasif. convainquant mais plutôt hypocrite et rusé. il se fait passer pour un expert dans des réunions sans même vraiment connaître le sujet. un incorrigible flatteur mais un séducteur manquant de sincérité. il a l’art de raconter des anecdotes amusantes mais improbables pour glorifier son passé. il est capable d’imposer un point de vue un jour et de défendre son contraire le lendemain…
+ Lire la suite
sarahauger
toujours froid et distant, même lorsque quelqu’un s’approche de lui, souffre ou tombe malade. il va rarement rendre visite à l’hôpital ou assister aux enterrements. il fait son show, ses manifestations émotionnelles ne sont qu’un masque dans une pièce de théâtre qu’il aime jouer. il se dit votre ami mais ne vous demande jamais comment vous vous sentez. il le clame, les émotions ne sont que pour les pleurnicheurs et les perdants.
+ Lire la suite
sarahauger
il s’occupe bien peu des sentiments et du bien-être d’autrui. normal, il est profondément égoïste et dénigre les autres avec cruauté. il joue avec les mots et se moque des émotions de ses employés, de ses amis ou des membres de sa famille. il licencie sans se soucier du sort de ses employés. il abuse d’escroqueries sans se soucier du mal qu’il fait aux actionnaires, et même aux pensionnés qui ont besoin de leur épargne pour financer leur retraite.
+ Lire la suite
sarahauger
il ne s’agit surtout pas d’un ouvrage scientifique et il comporte très certainement nombre d’approximations. en revanche, le lecteur moyen peut sans problème s’identifier à ron jonson : ce journaliste qui nous relate son voyage initiatique parmi ces personnages que nous croisons tous les jours dans nos vies et dont le comportement nous déconcerte est un excellent témoin et narrateur de nos existences. s’intéressant plus particulièrement aux psychopathes, il apprend à les reconnaître, découvre qu’ils sont charmeurs, calculateurs, insensibles aux peines qu’ils infligent et complètement égocentriques. il en retrouve parmi des criminels endurcis, mais aussi dans la personne d’un homme d’affaires qui a construit sa fortune sur la fermeture de sites industriels, quitte à provoquer la ruine et la désolation autour de ces sites abandonnés.
+ Lire la suite
sarahauger
l’auteur nous propose d’abord une vision du monde totalement manichéenne : les gens sains, d’un côté, et les fous de l’autre. puis peu à peu, il s’interroge, découvrant une part de normalité parmi les psychopathes et autres personnes mentalement affectées. sans nier la nécessité de protéger la société des criminels, ron jonson déduit alors que tout est question de seuil, de capacité sociale à accepter la non-conformité, la différence.
+ Lire la suite
sarahauger
cette acceptation de personnalités hors-cadre prend toute son acuité dans le management : l’organisation accepte-t-elle les cas non-conformes, mais dans quelle limite ? ou est-elle entièrement tournée vers le recrutement de salariés totalement en phase avec la culture dominante, facilitant d’autant l’intégration par son rôle rassurant pour ceux déjà en place ? mais n’y-a-t-il pas des situations où ces personnalités décalées sont utiles ? finalement, cet homme d’affaires insensible au coût social des fermetures de sites a peut-être permis d’éviter à des groupes entiers de sombrer corps et âmes. et d’un autre côté, ce n’était peut-être pas lui le problème central, mais plutôt les actionnaires qui de toute façon auraient liquidé la filiale et ses salariés, sans état d’âme.
+ Lire la suite