AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Formate:
HASH : b1c1736aae278ebd98e8a339e7773dee
La langue: Anglais/Franc
Note moyenne : 4.16/74 (sur 70 notes)
Résumé :
    ce réseau a été utilisé par jules césar lors des opérations militaires qui lui ont permis de conquérir la gaule, notamment le territoire actuel de la belgique. en l’an 57 avant jésus-christ, il a remporté la victoire dite de la sabis, sur les nerviens commandés par boduognat. le site de cette bataille n’est pas connu ; on a pensé un moment que

Les romains d'aujourd'hui a été finaliste du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

Amazon Fnac Rakuten Leslibraires.fr Momox
Critiques, Analyses et Avis (10)
sarahauger
    tout le long de la chaussée, il y avait des bornes en pierre,  des espèces de poteaux indicateurs, appelées bornes milliaires ; c’était de hautes colonnes cylindriques en pierre, placées à distance régulière en bordure de chaussée et donnant une indication de distance. leur hauteur variait entre 2 et 4 m ; elles avaient un diamètre de 50 à 80 cm. on devait en trouver une tous les mille romains (mille pas), soit tous les 1478 m. elles montraient la distance parcourue et le nom de l’empereur qui avait fait construire la route ou qui l’avait fait réparer.
+ Lire la suite
sarahauger
un tel relais de poste a été découverte à chapelle-lez-herlaimont, à l’est de la localité actuelle, au lieu-dit fontenelle. à cet endroit, la chaussée franchit une première fois le cours du piéton, juste à la frontière entre la civitas des nerviens et la civitas des tongres (voir en début d’article). c’est peut-être le motif pour lequel cette station routière a été installée à cet endroit.
+ Lire la suite
sarahauger
l’appellation date du xiè siècle et relève de la légende. brunehaut était une princesse franque très cruelle ; au moyen-âge, on en avait gardé comme  souvenir, celui d’une magicienne capable de réaliser des choses merveilleuses en une seule nuit, aidée par une armée de démons : des choses aussi merveilleuses que la construction des tours d’un vieux château ou d’une route comme celle de la vieille  chaussée ; on avait complètement oublié que c’était les romains qui avaient construit la route !
+ Lire la suite
sarahauger
si vous remontez le temps  jusque dans les premiers siècles de notre ère,  vous risquez d’être surpris de l’activité intense qui s’y manifeste : détachements de l’armée montant vers la frontière du rhin, cavaliers de la poste impériale, magistrats rejoignant leur affectation, voyageurs de toutes sortes , marchands venus d’italie, de lyon  ou de marseille pour livrer leurs marchandises, chargé de  vins, étoffes, bijoux, produits manufacturés.
+ Lire la suite
sarahauger
les grands empires, comme rome et l’empire britannique, étaient exploiteurs. ces empires réussirent parce que la valeur des ressources et des richesses tirée des territoires conquis excédait le coût de la conquête et de la gouvernance des terres conquises. la raison pour laquelle rome n’a pas étendu plus avant son empire à l’est en allemagne n’a rien eu à voir avec les prouesses militaires des germains mais tout à voir avec le calcul fait par rome que le coût de la conquête excéderait la valeur des ressources exploitables.
+ Lire la suite
sarahauger
l’empire romain s’est effondré parce que les romains épuisèrent leurs ressources humaines et naturelles dans des guerres civiles, se déchirant entr’eux pour la conquête du pouvoir. l’empire britannique a échoué parce que celui-ci s’est épuisé à combattre l’allemagne dans deux guerres mondiales. dans son livre “la règle des empires”, publié en 2010, timoty h. parsons remet en perspective le mythe de l’empire civilisateur avec la vérité de l’empire exploiteur. il décrit le succès des romains, du califat d’umayyad, des espagnols au pérou, de napoléon en italie, des britanniques en inde et au kenya, succès dû à l’extraction des ressources. pour baisser le coût de gouverner le kenya, les britanniques ont développé une conscience tribale et inventé des coutumes tribales qui favorisaient la gouvernance britannique.
+ Lire la suite
sarahauger
parsons n’examine pas l’empire américain, mais dans son introduction au livre, il se demande si l’empire américain est vraiment un empire dans la mesure où les américains ne semblent pas tirer profit de l’exploitation faite. après huit ans de guerre et une tentative d’occupation de l’irak tout ce que washington a reçu pour ses efforts ne sont que quelques milliers de milliards de dollars de dette supplémentaire et pas de pétrole irakien. après 10 ans et une lutte ayant également coûté plusieurs milliers de milliards de dollars contre les talibans en afghanistan, washington n’a rien à montrer si ce n’est de manière possible, quelques parts dans le commerce de la drogue qui est utilisé pour financer les opérations secrètes de la cia.
+ Lire la suite
sarahauger
la réponse est que l’empire de washington exploite les ressources du peuple américain lui-même pour le pur bénéfice des intérêts personnels de quelques groupes qui régissent les etats-unis. le complexe militaro-industriel, wall street, l’agro-business et le lobby d’israël utilisent le gouvernement pour pomper les ressources des américains tout à leur profit et soif de pouvoir. la constitution des etats-unis a été pompée pour les intérêts de l’état policier et les revenus des citoyens ont été redirigés dans les poches du 1%. voilà comment fonctionne l’empire américain.
+ Lire la suite
sarahauger
dans le nouvel empire, le succès des guerres n’est plus important. l’exploitation se produit par le fait d’être en guerre. des sommes énormes d’argent des contribuables ont été siphonnées dans les industries de l’armement et une énorme partie du pouvoir absorbée par la sécurité de la patrie (ndt: roberts fait ici référence au dhs, department of homeland security, la stasi, securitate du pays du goulag levant). l’empire américain ne fonctionne qu’en privant, volant les citoyens de leur richesse et de leur liberté.
+ Lire la suite
sarahauger
dr. paul craig roberts économiste, il était l’assistant secrétaire au trésor de l’administration reagan (secrétaire d’état aux finances chez nous), éditeur associé au wall street journal, senior research fellow de la hoover institution, stanford university, il tînt la chaire william e. simon chair de politique economique, center for strategic and international studies, georgetown university.
+ Lire la suite