AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Formate:
HASH : 19e63375d7f435ec492c006b3dce5beb
La langue: Anglais/Franc
Note moyenne : 4.95/37 (sur 87 notes)
Résumé :
vivre une meilleure vie n’arrive pas dans notre existence par hasard, par chance ou par l’entremise d’une intervention divine. non. pour goûter à la plénitude d’une meilleure vie, il n’y a pas de secret : nous devons nous retrousser les manches et avoir le courage de relever les principaux défis que tout être humain est appelé à relever… au fil de

Ma meilleure vie plan pour mettre fin a la derive pour un nouveau depart audacieux a été finaliste du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

Amazon Fnac Rakuten Leslibraires.fr Momox
Critiques, Analyses et Avis (29)
sarahauger
c’est cette démarche qui m’a amené à vous partager le fruit et la synthèse de cette recherche en vous lançant dix défis (* voir note en bas de page) à relever pour avoir une meilleure vie d’ici la fin de 2016. en février (cliquez ici pour accéder à l’article), je vous ai invités à désencombrer votre vie. en mars (cliquez ici pour accéder à l’article), je vous ai encouragés à poser vos limites et à ne plus faire de concessions ! en avril (cliquez ici pour accéder à l’article), je vous ai suggéré de reprendre le pouvoir sur votre propre vie ! à présent, en ce mois de mai, je vous lance un quatrième défi encore plus exigeant que tout ce que vous avez entrepris jusque maintenant : suspendre vos jugements !
+ Lire la suite
sarahauger
évidemment, lorsque je mentionne cette notion de jugement, je ne parle pas de votre faculté de discernement. car nous avons tous besoin de discerner quels choix sont pertinents ou non pour notre vie. le jugement dont je vous parle concerne davantage cette habitude de coller les étiquettes « bien » ou « mal » sur les personnes, les situations ou les comportements. autant le premier sens de ce mot nous renvoie à des compétences très utiles pour évoluer dans la vie, autant le second sens agit littéralement comme un poison « diabolique » dans notre existence.
+ Lire la suite
sarahauger
cette logique du bien et du mal est devenue un véritable poison tant dans notre vie individuelle que collective. sur le plan individuel, le jugement nous jette dans une attitude dichotomique — voire schizophrénique — qui influence en permanence nos humeurs. nous sommes heureux chaque fois que quelque chose de bien nous arrive… nous sommes malheureux chaque fois que quelque chose de mal nous tombe dessus. nous aimons fréquenter les gens bien, nous détestons subir la présence des gens pas bien ! comme si tout, dans la vie, était blanc ou noir… et surtout, comme si tout était figé et fixé dans une catégorie, pour l’éternité !
+ Lire la suite
sarahauger
sur le plan collectif, la rhétorique « bien-mal » est devenue la justification de toutes les violences injustifiables. les dirigeants de ce monde essaient de nous faire croire qu’il y a un « axe du bien » et un « axe du mal »… « tous ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous » clamait georges w. bush, au lendemain du 11 septembre 2001. lorsque j’aligne les chiffres des morts de part et d’autre, il m’est difficile de discerner de quel côté se trouve « le bien », au sens moral du terme. car pour « venger » les 2.973 victimes officielles des attentats du world trade center, l’« axe du bien » a tué plus d’1,3 million personnes (dont une immense majorité de victimes civiles) dans les dix années qui ont suivi rien qu’en irak, en afghanistan et au pakistan, parce qu’elles faisaient partie de l’« axe du mal »… ces chiffres ont été présentés en mars 2015 dans un rapport rédigé par trois associations humanitaires qui ont évoqué « un crime contre l’humanité proche du génocide… »
+ Lire la suite
sarahauger
je n’irai pas plus loin dans mes réflexions géopolitiques. en évoquant la guerre contre le terrorisme, je voulais simplement souligner le fait que chaque fois que nous enfermons la réalité dans une catégorie « bien ou mal », ça ne peut que déboucher sur une dégradation de ce que nous avons de plus précieux : la vie, l’amour, le respect de l’intégrité de chaque être humain. aucune idéologie, aucune religion ne pourra jamais justifier le meurtre de la moindre victime innocente… aujourd’hui, au nom du bien, ces victimes innocentes se chiffrent par dizaines de millions chaque année !
+ Lire la suite
sarahauger
si nous voulons donner une chance à un meilleur monde, à une meilleure vie, il nous faudra commencer par nous transformer personnellement. c’est la raison pour laquelle je vous encourage à relever ce quatrième défi : suspendre tout jugement ! la première difficulté à laquelle vous serez confrontés, ce sera tout simplement de repérer la présence d’un jugement, ce dernier pouvant adopter, à l’instar du diable, des apparences multiples… en faisant cet exercice, vous vous rendrez compte assez rapidement que nous jugeons presque en permanence.
+ Lire la suite
sarahauger
nous jugeons chaque fois que nous disons « c’est mal ce que tu as fait, ce que j’ai fait, ce qu’il a fait ». mais nous jugeons tout autant lorsque nous disons « c’est bien ce que tu as fait, etc. » si je dis à un enfant « c’est bien que tu aies mis la table », sans m’en rendre compte, je viens de couper sa réalité en deux : il y a les choses qui sont bien et les choses qui sont mal. c’est comme si je lui disais implicitement « chaque fois que tu ne mettras pas la table, ce sera mal »…
+ Lire la suite
sarahauger
non content de juger les comportements, nous jugeons également les événements. je perds mon emploi ? c’est mal… je vis une rupture amoureuse ? c’est mal… je tombe malade ? c’est mal… l’activité à laquelle je devais participer est annulée ? c’est mal… inversement, mon chiffre d’affaires augmente sans cesse ? c’est bien ! je pars en vacances la semaine prochaine ? c’est bien ! je gagne dix millions à la loterie ? c’est bien ! je suis enceinte ? c’est bien ! cette pratique courante de l’étiquetage des événements vécus nous précipite dans des problèmes qui empoisonneront littéralement notre vie. tout d’abord, nous vivons émotionnellement sur des montagnes russes permanentes. notre sensation de bonheur ou de malheur est conditionnée exclusivement par le type de jugement que nous posons sur la réalité. dans le cas des jugements négatifs se créent des cercles vicieux où nos colères, nos tristesses et nos peurs nous amènent à juger encore plus négativement les événements qui nous arrivent, ce qui nous rend encore plus plus malheureux !
+ Lire la suite
sarahauger
concrètement, je vous invite à vous placer « par delà le bien et le mal », pour reprendre le titre d’un célèbre traité philosophique écrit par friedrich nietzsche. je vous invite à vous ouvrir à ce que la vie vous offre, quotidiennement. au lieu de dire « ce qui m’arrive est mal, c’est une mauvaise nouvelle », pourquoi n’apprendriez-vous pas à dire « ce qui m’arrive est désagréable, je le reconnais… mais restons ouvert et voyons ce que l’avenir me réserve. car je ne connais pas, finalement, l’impact que cela aura sur moi à plus long terme… » ? au lieu de dire « ah, c’est bien ce qui m’arrive ! c’est super… », entraînez-vous plutôt à dire « ce qui m’arrive me fait plaisir… mais restons ouvert et voyons ce que l’avenir me réserve. car je ne connais pas, finalement, l’impact que cela aura sur moi à plus long terme… »
+ Lire la suite
sarahauger
comme vous pouvez le constater, il ne s’agit pas de nier le caractère pénible et douloureux d’une expérience, ni de tomber dans un stoïcisme forcené où plus aucune émotion ne serait permise. il ne s’agit pas non plus de sombrer dans un relativisme imbécile où la morale individuelle et collective n’aurait plus sa justification. non. il s’agit simplement de garder une attitude d’ouverture à l’égard de toute chose pour être capable de surfer sur la vague de la vie. 
+ Lire la suite
sarahauger
(*) ces défis vous sont proposés à raison d’un défi par mois, dans un nouvel article qui sera publié tous les troisièmes vendredis du mois. ainsi, le défi n° 1 vous a été proposé le 19 février, le défi n° 2 le 18 mars, le défi n° 3 le 15 avril jusqu’au défi n° 10 qui vous sera proposé le 18 novembre. et le vendredi 16 décembre, quelques jours avant le solstice, nous ferons ensemble le bilan de ces dix défis !
+ Lire la suite
sarahauger
mon vœu le plus cher, c’est que vous laissiez, sous cet article, des références de livres ou d’articles, des études, des enseignements qui viennent compléter, enrichir les propos tenus. je vous invite aussi à partager les bénéfices que vous avez retirés de la lecture de ce texte. pour que les autres visiteurs de ce blog soient nourris à leur tour, non seulement par mes écrits, mais aussi et surtout par vos apports.
+ Lire la suite
sarahauger
pour publier votre message, rendez-vous tout en bas de cette page (sous les messages des autres visiteurs de ce blog). une fois que vous avez rédigé votre texte, vous devez obligatoirement laisser votre nom (ou votre pseudonyme), votre adresse courriel, mais vous devez aussi répondre à une question de simple calcul, en inscrivant la réponse du calcul en chiffre ! ce petit dispositif a été installé afin de vérifier que vous n’êtes pas un robot venant polluer mon blogue.
+ Lire la suite
sarahauger
personnellement j’ai fait partie d’un groupe bouddhiste (zen) pendant 10 années et malgré que ce sujet était pour ainsi dire le centre du tout, ceci en pratiquant la pleine conscience, plus les cours de ghislaine lanctôt (ghis) qui sur ce point est encore plus stricte, je m’apercois que je n’ai pas encore atteint le degré qui m’aurait complètement libérée de tout jugement. c’est un travail vraiment intense qui demande énormément d’attention, mais d’année en année, les choses vont mieux. merci à toi!
+ Lire la suite
sarahauger
je trouve encore une fois la synchronicité de ces défis hallucinante. j’en étais rendu là, en effet!, comme à chaque mois où je ressens que quelque chose est bloquée et que je ne sais pas par où commencer et bien, une vidéo miraculeuse apparaît. je ne sais encore comment de fois je t’ai remerciée, surtout par l’académie de la vie en mouvement, mais je sens que ce n’est pas encore terminé!! merci, merci, merci!!
+ Lire la suite
sarahauger
vous ne saurez jamais combien vous m’avez aidé avec cet article. je viens d’apprendre que mon neveu s’est suicidé. et voilà, comme vous le dites si bien, qui suis-je pour juger si l’acte qu’il a posé est bien ou mal? vous allez aussi aider toute ma famille à passer à travers cette épreuve parce que plus tard, dans le fond, on va tous se rendre compte que c’était un beau cadeau qu’on a reçu. merci infiniment.
+ Lire la suite
sarahauger
de ma part, ça fait déjà longtemps que je me suis débarrassé de cette attitude dichotomique (bien-mal), naïve et presque enfantine, pour découvrir, dans la mesure du possible, chaque personne, chaque chose, chaque événement sous plusieurs angles et dans une multitudes de facettes. néanmoins le « mal » existe et se manifeste parfois dans l’action d’une personne ou d’un troupeau d’individus dont l’objectif final serait de tuer et de nuire aux autres.
+ Lire la suite
sarahauger
édition abonnésse déconnecterabonnez-vousespace abonnésnewsletters"o"bibliobstéléobsle plusrue89les journées de l'obs servicese-shop a la uneà chauddépêches"o"bibliobstéléobsle plusrue89les journées de l'obsblogsà chaudafriquelégislatives 2017politiqueactualitépsles républicainsfneelvfront de gauchecultureactualitétéléobscinémabibliobsmusiquephotosvidéossociétéactualitémigrantssantéeducationjustice-policeplanètefaits diversbien biensciencesl'amérique selon trumpmondeactualitéafriquemigrantseuropemoyen-orientamériquesécoactualitésocialconsoimmobilierimpôtshigh-techactualitétechles internetsjeux vidéosportespace abonnésle guide des placements 2016téléobsactusgrand oralprogramme tvsériessélection téléobsjeux vidéoradiobibliobsa la uneacturomansidéesessaisdocspolarsbdblogsagendaa relirele plusaccueilsociétésantéhistoires de jobintimité et sexualiténos jours heureuxrue89accueilnos vies intimesla vie matériellenotre époquemooc rue89"o"accueilmodehigh techfoodvoyagedesignautol'ère du tempspop culturemusiquevinsbien bienservicesannonces autoannonces immobilièresprêts immobiliersshoppingla conjugaisonrègles de françaismodèles de lettreslettres de motivationsortir en régionscodes promopréparer sa retraitel'édition abonnés 100% digital accès illimité à tous les contenus payants sur tous vos écransje m'abonnefermer
+ Lire la suite
sarahauger
a la fin de l’e-mail, la formule de salutation devra être brève. les expressions cordialement et bien à vous se sont aujourd’hui généralisées. même si certains puristes peuvent les trouver trop familières, elles sont assez neutres et passe-partout. si vous vous adressez à un supérieur hiérarchique, à un recruteur ou à une personne que vous ne connaissez pas, utilisez en revanche des formules plus soutenues, directement inspirées de celles des lettres traditionnelles mais réduites à leur plus simple expression : un adjectif et un mot (sincères salutations, salutations respectueuses).
+ Lire la suite
sarahauger
notez que depuis quelques années, quelques personnes militent pour l’abandon de ces formules passe-partout et invitent à varier systématiquement les formules, les adapter à l’interlocuteur et ajouter des éléments de temporalité. on voit donc apparaître les « belle journée », « passe une bonne soirée », « bon mercredi », « belle journée ensoleillée » ou « bon appétit ». lisez à ce propos le sympathique article de sébastien desbenoit.
+ Lire la suite
sarahauger
a noter que des « sentiments distingués » ne doivent jamais être employés par une femme ou d’une jeune fille car « sentiments » voudrait supposer qu’elle a des sentiments pour la personne à qui elle s’adresse. de plus, « cordialement » suppose une certaine intimité ou amitié ; bien qu’il serait à éviter lorsqu’il émane d’une femme ou d’une jeune fille (qui doit, selon la vieille tradition, éviter de laisser aller son cœur) il est devenu un terme d’usage courant dans les messages électroniques que l’on soit égaux ou dans des échanges courants dans une entreprise. le « respectueusement » est à réserver à son supérieur et il est plus courant dans une courrier postal que dans des messages électroniques. la « considération » est ce dont on daigne gratifier ses subordonnés donc n’écrivez jamais ça à un pdg ou supérieur hiérarchique !
+ Lire la suite
sarahauger
j’avoue que je tombe des nues en voyant recommander un simple « bonjour » et la suppression de « cher ». professeur d’université, je ne réponds jamais à qui s’adresse à moi de cette façon. je conseille vivement à mes étudiants d’écrire à leurs professeurs sous la forme « cher monsieur », « chère madame ». je suis également heurtée par les « bien à vous », qui dans mon éducation, s’adressaient à des inférieurs. mais apparemment, autres milieux professionnels, autres moeurs. c’est bien compliqué ! les pauvres jeunes gens doivent sans doute s’arracher les cheveux et ne savoir que faire.
+ Lire la suite
sarahauger
faire évoluer la loi sur la fin de vie, c’était une promesse de campagne de françois hollande. son engagement 21 en faveur d’une « assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité » pouvait laisser entrevoir la perspective d’une légalisation de l’euthanasie ou du suicide assisté. mais sur ce sujet à haut risque, susceptible d’enflammer la société française, le président a joué la carte de la prudence. il a attendu près de trois ans après son élection pour soutenir un texte « d’équilibre » sur la fin de vie. 
+ Lire la suite
sarahauger
rédigée en pesant chaque mot par les députés alain claeys (ps) et jean leonetti (ump), cette proposition de loi, qui écarte le sujet hautement polémique de l’euthanasie, vise à donner de nouveaux droits pour les malades. mais avant même son arrivée en débat à l’assemblée nationale, les 10 et 11 mars, elle n’a pas manqué de raviver les tensions entre les militants d’un « droit à mourir dans la dignité » et les partisans d’un statu quo, chauffés à blanc par la très médiatique affaire vincent lambert.
+ Lire la suite
sarahauger
quelques réserves ont cependant été exprimées par des médecins, notamment pour mettre en garde sur l’avènement d’un « droit » à la sédation en phase terminale alors que cette pratique n’a pas vocation à être généralisée. le milieu des soins palliatifs a apporté son soutien au texte, saluant le maintien de l’interdit de tuer tout comme la volonté de mieux prendre en compte la volonté des malades. tous soulignent enfin la nécessité de développer en parallèle les soins palliatifs et la formation des médecins à la culture palliative, au cœur de la lutte contre le « mal mourir ». « si nous ne faisons pas en sorte que les français aient accès aux soins palliatifs, nous serons inévitablement en échec », reconnaît jean leonetti.
+ Lire la suite
sarahauger
en décembre, françois hollande a promis un « plan triennal » de développement des soins palliatifs à partir de 2015 et la mise en place d’un enseignement spécifique obligatoire pour les étudiants se destinant aux professions de santé dès la prochaine rentrée universitaire. un groupe de réflexion proche de l'ump, la boîte à idées, a récemment estimé qu’une enveloppe de 550 millions d'euros serait nécessaire pour donner accès aux soins palliatifs à tous les patients qui en ont besoin.
+ Lire la suite
sarahauger
ce que dit la loi leonettien 2003, la supplique du jeune vincent humbert, devenu tétraplégique après un accident de la route, pour un droit à mourir a soulevé une immense vague d’émotion. c’est dans la foulée de ce fait divers retentissant que la loi leonetti a été votée à l’unanimité en 2005. le texte permet aux patients de refuser les soins, proscrit l’acharnement thérapeutique et autorise les médecins à soulager la douleur même si le traitement peut avoir pour effet secondaire d’abréger sa vie. cet équilibre entre refus de l’acharnement thérapeutique et refus de l’euthanasie est qualifié de « voie française ». mais dix ans plus tard, la loi leonetti reste « mal connue » et « mal appliquée » de l’aveu même de son auteur, le député ump jean leonetti.
+ Lire la suite
sarahauger
persistance de l’acharnement thérapeutique, usages disparates de la sédation pour soulager la douleur, manque d’écoute du patient… la mission conduite en 2012 par le pr sicard, ancien président du comité consultatif national d'éthique (ccne), sur la fin de vie avait évoqué « la hantise » des français «  de basculer dans une situation de fin de vie insupportable, de souffrir ou de voir souffrir leurs proches ». début 2015, la cour des comptes a une nouvelle fois pointé le retard français en matière de soins palliatifs, notamment à domicile. « 80 % des personnes qui devraient y avoir accès n'y ont pas droit », avait rappelé quelques mois plus tôt le président du ccne, jean-claude ameisen. avec la mort de 13 000 personnes de plus de 75 ans chaque année aux urgences, l'accompagnement des personnes âgées proches de la fin de vie est particulièrement « défectueux », a également déploré le ccne. 
+ Lire la suite
sarahauger
point important, cette sédation doit être associée à l’arrêt de tout traitement de maintien en vie, comme un respirateur artificiel mais aussi comme la nutrition et l’hydratation artificielles, ont souligné les auteurs du texte. cette préconisation tient compte de la décision du conseil d’état qui, dans l’affaire vincent lambert, avait jugé que la nutrition et l’hydratation artificielles constituaient bien un traitement, susceptible d’être arrêté.
+ Lire la suite